Un jour (One day) de David Nicholls 💚💚

Source de l'image: amazon.com

Je hais les romans d'amour.
Je hais les bad boys en littérature.
Je hais la figure de la bonne copine un peu niaise.
Comment j'ai fait pour aimer?

Extrait: "Tu es sublime, espĂšce de vieille bique, et si je n'avais qu'un seul cadeau Ă  te faire pour le reste de ta vie, ce serait ça. Une bonne dose de confiance en soi. VoilĂ  ce que je t'offrirais. Ça, ou une bougie parfumĂ©e — j'hĂ©site encore."
C'Ă©tait une citation Dexter Mayhew, sponsorisĂ©e par le Cercle des poĂštes de la rue đŸŒ·

Rien qu'un seul passage suffit à annoncer la couleur du livre: une bonne dose d'amour vache, des sentiments refoulés mais surtout la rencontre de deux ùmes soeurs.

Mais de quoi cela peut-il bien parler?
Le 15 Juillet 1988, le jour de la Saint-Swithin, les fraĂźchement diplĂŽmĂ©s Emma et Dexter se rĂ©veillent dans un appartement Ă  Edimbourg: ils viennent de passer une nuit ensemble. Ils deviendront meilleurs amis. Pendant vingt ans, ils ne cesseront de s'Ă©crire, de s'adorer, de se soutenir et de se dĂ©chirer, sans mĂȘme se rendre compte que quoi qu'ils fassent, ils resteront toujours liĂ©s.

Ca va, je suis pas trop partie dans un rĂ©sumĂ© Ă  la Feux de l'amour? Pour pouvoir en rassurer certains, je pourrais dire que c'est un livre qui peut convenir Ă  beaucoup de lecteurs (mĂȘme Ă  moi, la derniĂšre Ă  lire ce genre de comĂ©dies romantiques). Ce qui ressort Ă  la lecture, c'est surtout le caractĂšre des protagonistes. D'un cĂŽtĂ©, vous avez Emma, le point noir de l'histoire. Au fur et Ă  mesure des annĂ©es elle devient de plus en plus dĂ©sespĂ©rante, Ă  passer sa vie entiĂšre Ă  se torturer sur son physique, son avenir, sa vie en gĂ©nĂ©ral, sa relation avec Dexter, ses histoires d'amour ratĂ©es, ses jobs de m**** sans bouger ses fesses pour faire changer les choses. C'est le clichĂ© typique de la bonne copine/poire que l'on retrouve tout le temps dans la littĂ©rature contemporaine. J'admets qu'il y a sans doute une raison Ă  cela mais pourquoi tant de haine? Heureusement qu'il y a deux personnages principaux, car sinon j'aurais bouffĂ© le bouquin avant d'ĂȘtre arrivĂ©e Ă  la moitiĂ©. Car notre individu n°2, Dexter, il a de la classe (Ă  part pour son prĂ©nom: Ă  croire que c'est le petit fils de Columbo!). Parce que le petit Dex, sous sa roue de paon, son argent et son allure de playboy, c'est un gars qui se laisse entraĂźner dans des plaisirs faciles comme un bĂ©bĂ© Ă  qui l'on tendrait un hochet. Il est Ă©galement capable de jouer au salaud sans mĂȘme s'apercevoir de ce qu'il fait! A part le cĂŽtĂ© infantile et vulnĂ©rable, il m'a beaucoup fait penser Ă  Dom Juan et sa course aux plaisirs pour Ă©chapper au temps. RĂ©sultat: ça donne un hĂ©ros bien complexe, bien savoureux qui brise le mythe du hĂ©ros masculin tout parfait, tout beau, tout mignon. 
VoilĂ  pour les petites personnes sur lesquelles la magie de David Nicholls va s'exercer. Que vous soyez blasĂ©s par la longue sĂ©rie des romans Harlequin ou fan inconditionnel des histoires d'amour, ce cĂŽtĂ© un peu rose ne va pas vous rebuter, puisque l'auteur l'a cachĂ© sous des couches et des couches de sarcasmes. Ce roman est cruel, il faut le dire, car derriĂšre les piques que les deux amis se jettent Ă  la figure il y a des sentiments refoulĂ©s qu'ils s'amusent presque Ă  blesser. Une bonne partie du livre se base sur une bataille langagiĂšre entre Dexter et Emma, pour savoir lequel sera le plus dĂ©tachĂ© de l'autre, aura la vie la plus rĂ©ussie sans se douter qu'ils ne le font que parce qu'ils veulent se prouver Ă  eux-mĂȘmes qu'ils sont trĂšs bien sans l'autre. Pour peu, on penserait aux Camille et Perdican de Musset.
Et on arrive maintenant sur mon terrain préféré: les années 80/90. C'est la raison pour laquelle j'ai emprunté ce livre, juste pour pouvoir me plonger dans cette Angleterre en ébullition de la fin XXe. A chaque fois, je trouve ça génial de me retrouver catapultée dans cette époque que je n'ai pas connue et sur ce point le roman n'est vraiment pas décevant. Pour un peu, on ressortirait les vieux vinyles, les walkman et les Doc Martens!
A cet endroit de la critique, vous vous dites: "Mais elle nous a tout spoilĂ©! Ca sert plus Ă  rien de le lire!". Que nenni! Sans doute vous vous attendez Ă  une fin du style Coup de foudre Ă  Notting Hill ou Valentine's Day ou Grey's Anatomy (c'est dur de les caser, alors j'en profite!) mais non. Il n'est pas bĂȘte l'auteur, il a dĂ» se dire "Tiens, on va s'amuser un peu!" du coup on se retrouve lĂ  comme un Ăąne courant aprĂšs une carotte avant de se rendre compte que c'est un jouet en plastique! 
Mais je ne voudrais rien vous dévoiler. Courez vite à la recherche de ce (gros) livre!




Commentaires

  1. Bonjour ! Quelle chronique ! J'aime beaucoup ton style d'Ă©criture ! Et je dois dire que grĂące Ă  toi ce livre m'intrigue mais il me rappelle un film que j'ai vu. Bien Ă  toi, MissAvy du Bookly&co.

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Merci beaucoup! :) En effet, ce livre a Ă©tĂ© adaptĂ© en film (du mĂȘme nom), avec Anne Hathaway (que tu as peut-ĂȘtre reconnue sur la couverture)! Il se pourrait que je fasse une critique dessus, un jour... :)

      Supprimer
    2. De rien ! Effectivement, maintenant que tu le dis ! Merci à toi pour ta réponse qui m'a éclairé. Un jour sans doute Rires Bien à toi ! MissAvy du Bookly&co

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés